Japon : le Pape François "Protège la vie". Voyage à Tokyo, Nagasaki et Hiroshima.

23 - 26 novembre 2019

Accueil > Actualités > Japon : le Pape François "Protège la vie". Voyage à Tokyo, Nagasaki et (...)

Du 19 au 26 novembre, le Pape François entreprendra un voyage apostolique dans les deux pays asiatiques, la Thaïlande et le Japon. Il sera le deuxième Pape à leur visiter, après Jean-Paul II en 1981.

Le Pape François se rendra au Japon du 23 au 26 novembre, où il visitera Tokyo, Nagasaki et Hiroshima.

"Protéger chaque vie" : telle est la devise de la visite, tirée de la "Prière chrétienne avec la Création" qui conclut l’encyclique "Laudato si’". Au Japon, la visite du Saint-Père se concentre sur la protection de la vie et de la création. L’exhortation du Saint-Père cherche à respecter non seulement la dignité de l’homme mais aussi celle de l’environnement, surtout dans un pays comme le Japon où la menace nucléaire persiste. Trois flammes rouge, bleue et verte, caractérisent le logo de son voyage :

1. Une flamme rouge :
les martyrs japonais du XVI ème siècle : "Ces saints martyrs (...) témoignent de la glorieuse histoire chrétienne de votre peuple", a dit Jean-Paul II à l’occasion de leur béatification (23 février 1981). La flamme rouge se réfère à les premières témoignages des communautés exilées, les chrétiens cachés de la région de Nagasaki, qui transmirent secrètement leur foi chrétienne pendant la période d’interdiction, du XVIIe au XIXe siècle sur de petites îles, au sud de Japon. Ils ont fait profession de chrétienté, dans des conditions difficiles et peu tolérantes.
Ils ont jeté les bases de l’Église du Japon actuel.

C’est pourquoi les lieux qui conserve mémoire de l’histoire chrétienne japonaise on été reconnu de valeur exceptionnelle. Les Sites chrétiens cachés de la région de Nagasaki sont composé de 12 éléments, dont 10 villages. Ils, tous construits entre le XVIe et le XIXe siècle, témoignent des premiers missionnaires et colons chrétiens au Japon depuis le milieu du XVIe siècle :

- Sur les traces du Christianisme dans la région de Nagasaki
- La conférence/exposition "Sur les traces du Christianisme dans la région de Nagasaki"
- S.E. Mgr Francesco Follo rend visite aux sites des chrétiens cachés de la région de Nagasaki

2. Une flamme bleue est le symbole de la Bienheureuse Marie, mère de miséricorde pour toute l’humanité.

3. La flamme verte rappelle la nature du Japon et la mission d’annoncer l’Evangile.

En fin, comme un soleil, celui de toute vie, le logo montre un cercle rouge entoure les trois feux, comme un symbole d’amour. Le Pape François y est représenté dans l’acte de bénédiction.

Pas par hasard, dans la préface du livre "Le paysage sacré", Mgr Follo note les difficultés mais aussi la richesse culturelle et morale du Japon : "Signe de cette culture, le peuple japonais a offert à l’UNESCO le visage sculpté de l’ange de la cathédrale, détruit par la bombe atomique lancée le 9 août 1945. Ce visage a été donné en signe de paix, pour aider la mémoire de ceux qui travaillent à l’UNESCO à éduquer les jeunes aux grands idéaux humanitaires que sont la paix, le développement durable, le soin des ressources alimentaires et la coopération entre nations.

Comme l’a écrit Mgr Francesco Follo "en particulier, la ville de Nagasaki " a su créer une culture de la paix [Le paysage sacré et de l’architecture chrétienne dans la préfecture de Nagasaki au Japon - Rome, 2018].

La réflexion de Mgr Follo, ainsi que d’autres relevants contributions, a été publié quelques jours après l’inscription des sites chrétiens japonais sur la Liste du patrimoine mondial, en 2018. Elle ouvre une perspective interculturelle en hommage à la reconnaissance internationale du "christianisme caché", qui unit l’Occident à l’Extrême-Orient depuis le XVIe siècle.

Angel de Nagasaki - UNESCO - donnée du Japon a l’UNESCO

Le visage d’ange de Nagasaki - écrit encore Monseigneur Follo - est le symbole de la transcendance dont l’homme est capable, mais réduite en fragments par les actions de la guerre.

"C’est pourquoi, chers frères, malgré les obstacles et les échecs, malgré la faiblesse humaine, persévérons dans l’offrande libre et entière de l’Évangile. C’est notre contribution face à la solitude du monde, c’est notre réponse à l’égoïsme de l’homme, à l’absence de sens que beaucoup trouvent dans la vie, à la tentation d’échapper, à l’inertie et au découragement. (....) pour la promotion de la dignité humaine et pour la libération finale de l’humanité". (Jean-Paul II, 23 février 1981)

Le Voyage du Pape s’inscrit donc dans un cercle que Jean-Paul II avait déjà commencé à tracer en 1981. Le voyage n’est que la bénédiction d’un Père qui espère que personne ne sera laissé seul.

«  L’homme vit une vie authentiquement humaine grâce à la culture [...] l’homme devient plus homme : il "est" plus . »

Buste de Saint Jean Paul II devant la Cathédrale d’Hiroshima

Redigèe par Dr. Elena De Panfilis

DISCOURS DU SAINT JEAN Paul II A L’ÉPISCOPAT JAPONAIS - Nonciature Apostolique, 23 février 1981
LE SAINTE PERE FRANCOIS AUX DÉLÉGUÉS DE L’ASSOCIATION "TENSHO KENOH SHISETSU KENSHOUKAI" (JAPON) Salle Paul VI. Mercredi 12 septembre 2018

Voir aussi :
THAILANDE : ANNONCE DU VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANCOIS
Les Chrétiennes en Japon :
- Sur les traces du Christianisme dans la région de Nagasaki
- Japon : "Sur les traces du Christianisme dans la région de Nagasaki"

L’action de Paix de Mgr Follo  :
- Une Délégation du Japon se rend à la Résidence-Chancellerie du Saint-Siège auprès de l’UNESCO chez Mgr Francesco Follo
- Mgr Francesco Follo intervient à l’Université Catholique Notre Dame de Kyoto
- Mgr Francesco Follo intervient à la Conférence Mondiale sur l’Éducation pour le développement durable

- Sites chrétiens cachés de la région de Nagasaki ;
- Patrimoine Mondial de l’UNESCO : nouvelles nominations pour l’Asie et la Pacifique : Azerbaïdjan ; Chine, Inde, Indonésie, Iran, Japon, Laos, Myanmar et République de - Corée ;
Le patrimoine culturel est en grande partie immatériel.