Citée du Vatican, 3 octobre 2017

Jardins du Vatican : conservation écologique du patrimoine mondial de l’UNESCO

Journée d’étude des techniques scientifiques de conservation des oeuvres lapidaires

Accueil > Actualités > Jardins du Vatican : conservation écologique du patrimoine mondial de (...)

Le 3 octobre 2017, la direction des musées du Vatican a organisé une journée d’étude ayant pour thème la restauration des œuvres des jardins des musées du Vatican qui sont aussi classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO (voir Inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO du Vatican et des propriétés du Saint-Siège à l’intérieur de la ville de Rome).
D’une superficie de 22 ha, ce « cuore verde » abrite environ 570 œuvres, pour la plupart lapidaires, naturellement exposés à la pollution et aux intempéries.

Ce projet de restauration s’inscrit dans une politique d’envergure amorcée dès 2014 en collaboration entre les musées du Vatican et la direction des services techniques du gouvernement de l’État de la cité du Vatican.
Cette restauration a comme particularité de se vouloir exemplaire tant dans la réversibilité des interventions sur les œuvres que sur l’éco-responsabilité des techniques scientifiques utilisées. Ainsi, l’utilisation des huiles essentielles et de produits à base de plantes dans la restauration des œuvres d’art répond aux objectifs de développement durable mis en place par les Nations Unies (cible 4 ODD 11) et mis en application par le secteur de la Culture de l’UNESCO (voir document 39 C5).

Voir programme de la journée d’étude (Italien)

PDF - 379.8 ko
Programme journée d’étude

Le Saint-Siège a adhéré dès le 7 octobre 1982 à la convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel du 16 novembre 1972.
À ce titre, et au vu des articles 4 et 5 du chapitre II de cette même convention, le Saint-Siège est dans

l’obligation d’assurer l’identification, la protection, la conservation, la mise en valeur et la transmission aux générations futures du patrimoine culturel et naturel visé aux articles un et deux est situé sur son territoire

voir convention pour la protection du patrimoine de 1972

Par ailleurs, la cité du Vatican est inscrite depuis le 2 novembre 1984 dans son intégralité sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Voir Report of the rapporteur, World heritage committee, November the 2nd 1984.

PDF - 176.4 ko
Report of the rapporteur, World heritage committee, November the 2nd 1984.

Le Saint-Siège est donc en charge de la restauration de tout le patrimoine tant mobilier, architectural ainsi qu’archéologique sur l’ensemble de ses limites territoriales

"L’application de la Convention du patrimoine mondial de 1972 et de la Recommandation de 2011 concernant le paysage urbain historique, ainsi que la promotion du patrimoine en tant que catalyseur de la coopération internationale, de la compréhension mutuelle et du développement durable se poursuivront. L’accent sera mis sur la conservation à long terme et sur l’amélioration de l’efficacité de la
gestion des biens inscrits
” (Voir page 176 du rapport 39C5)

La tâche est donc importante et le Saint Siège a toujours été au rendez-vous en matière de protection de son patrimoine culturel.

Document(s)

Report of the rapporteur, World heritage committee, November the 2nd 1984.


Programme journée d’étude